Le Mathyrinthe, toute une aventure !

Créé par Claire van Beek

Le projet ; un livre d’énigmes autour de l’histoire des mathématiques.

Les élèves de latin sont plutôt de bons élèves, la plupart du temps, ils sont plutôt scientifiques. J’ai voulu leur montrer que le latin ne servait pas à rien, qu’il pouvait aider à mieux appréhender le monde des sciences. J’ai donc décidé de travailler sur l’histoire des mathématiques. Comme je ne me sentais pas capable de m’occuper de la partie réellement scientifique du projet, j’ai demandé l’aide de l’association Les Maths En Scène. J’ai eu beaucoup de chance car Xavier Buff a répondu positivement à ma demande. Avec Houria, ils sont allés rencontrer mon chef d’établissement, qui a donné son aval au projet. Il était important pour moi que les élèves soient partie intégrante de ce projet.

Victoria, son chien et les monstres du labyrinthe

Chaque jour, le projet évoluait, en fonction des desiderata des élèves, de leurs idées, de leurs opinions,…

Par exemple, le nom de l’héroïne du livre vient de Victor, un camarade très amusant des élèves, qui avait déménagé et n’était plus là. Le nom du chien de Victoria est réellement le nom du chien de Victor. Le projet final n’a plus rien à voir avec le projet initial : il a été enrichi, modifié, des professeurs se sont greffés à notre élaboration du livre. Par exemple, le professeur de sciences physiques a permis tout un chapitre sur le thème de la lumière, le professeur d’arts plastiques a fait un travail formidable pour les illustrations … Xavier a fortement aidé pour les énigmes, ainsi que ma collègue de mathématiques, Myriam Coustenoble. Pour sortir du labyrinthe de Cnossos et ainsi échapper au danger que représente le Minotaure,

Xavier explique aux élèves comment élaborer une énigme en partant de son résultat

Victoria doit trouver le nombre qui correspond à chaque énigme mathématique mentionnée sur les 57 portes du labyrinthe, gardées par 57 grands mathématiciens de l’Antiquité, ou grande énigme mathématique. En voici un exemple, avec la machine d’Anticythère, première « machine à calculer » ;

Il y a 50 dents sur la roue de gauche, 10 et 30 sur la roue du milieu, 10 sur la roue de droite. De combien tourne la roue de droite, lorsque la roue de gauche effectue un tour complet ?

Certaines énigmes sont accompagnées d’un QR code qui permet d’en savoir davantage sur le mathématicien, philosophe, scientifique, ou l’énigme mathématique présentée.

Le bilan du projet

Une artiste balmanaise, Liza Séguela, a accepté de faire la première de couverture du livre. Elle a rencontré les élèves à plusieurs reprises, a peint plusieurs toiles d’après leurs souhaits, et ils ont choisi leur préférée.

Tous les élèves de troisième ( 150 élèves !) ont fait les illustrations du livres, avec ma collègue d’Arts Plastiques, Violaine Gaufreteau. Je garde un souvenir très agréable de ce projet qui a été élaboré de façon très fusionnelle avec les élèves, dont certains venaient même entre midi et deux pour achever leurs énigmes et vérifier qu’elles fonctionnaient bien. Je suis très fière que le projet ait été présenté au concours Cgénial ainsi qu’aux journées de l’innovation de l’académie de Toulouse. Le Mathyrinthe a donc été une aventure pour nous, tout comme elle l’est pour le lecteur qui doit réussir toutes les étapes afin de s’échapper du labyrinthe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *